Phongasaly – Extrême nord du Laos

Nous souhaitions aller visiter le nord, idéalement faire un treck , visiter quelques villages de montagnes et leurs « minorités du nord » puis finir redescendre la rivière Nam Ou en bateau.

Pour atteindre Phongsaly depuis Luang Prabang il faut emprunter l’une des routes principales sur environ 400km. Nous mettrons 18 heures pour faire ces 400 kilomètres… A quelques kilomètres au nord de Luang Prabang, la route bitumée laisse place à une piste de terre.

Autoroute A6

Autoroute A6


Le bus est arrivé à la gare de Luang Prabang plein comme un oeuf. Nos avons pris place tant bien que mal dans l’allée centrale entre les sacs de riz et autres paquets transportés.

Passé la première heure à discuter avec des français rencontrés quelques heures avant, le sac de riz qui sert de fauteuil devient dur. Alors on alterne entre fesse droite et fesse gauche. Puis, le chauffeur commence à mettre de la musique, fort et ensuite très fort. Peut être pour ne pas s’endormir ?! On est donc très mal installé, le mal aux fesses débute et les tympans commencent à siffler. C’est à ce moment là que quelque chose de liquide, puant, gluant et collant se met à couler sur les pieds… Aller courage, plus que 17 heures ! Et il y aura de la musique très forte pendant ces 17 heures. (Ragga qui fait danser Raph, durty dancing remixé qui a commencé à l’agacer, puis la musique lao… je vous laisse deviner ! Petit indice, ca concerne les enceintes et ca parle de casse…)

Phongsaly sous la pluie

Phongsaly sous la pluie

Le plus hallucinant dans le trajet ? Voir les acolytes du chauffeur descendre une moto du toit du bus, ou encore voir une poule et ses poussins sortir du sceau sur lequel on s’est appuyé la nuit, lors d’une pause pipi ; pour eux aussi boire et manger un peu. A 5 heures du matin le bus s’est enfin vidé, en tout cas suffisamment pour nous laisser un siège chacun. A ce moment là, le fauteuil nous a semblé être extremement confortables malgré son âge avancé !

Les normes françaises de transport de personnes son loin, et franchement c’est drôle !

Nous sommes finalement arrivé, un peu fracassés mais content de l’expérience. Il ne restait que découvrir la ville et la région.

Phongsaly a été la plus grosse déception de notre premier mois de voyage. Nous avions été prévenus que les habitants de cette région étaient semblables aux chinois non loin à  la frontière.

En pratique, beaucoup moins de sourire, des personnes qui tournent le dos quand ils ne comprennent pas ce qu’on dit et un rapport clairement orienté sur l’argent.

Nous n’avons pas été à l’aise dans cette ville et avons pris la décision de la quitter  le jour même.

Stop Lao

Stop Lao

L’office du tourisme nous a renseigné sur les bateaux, les horaires et les conditions de logement à proximité du port. Phongsaly est situé en haut d’une montagne à 1 500 m d’altitude. Le port est situé dans la vallée 20 kilomètres plus bas. Le tuk tuk local étant cher et désagréable nous optons pour le stop. Nous nous lançons dans la descente, confiants, avec notre belle pancarte traduite en Lao. Nous ne savions pas que la route n’était pas passante…Nous avons croisé trois véhicules en trois heures, deux motos et un camion plein de casseroles. Nous avons fait 10 km à pied avant d’être pris en stop par un pick-up, le quatrième véhicule à passer par là. Mais ces 10 kms ont été réellement agréables ; une vue sur toute une vallée. Les quelques personnes croisées dans les petits villages le long de la route étaient plus ouverts que leurs voisins de la ville !

Nous sommes arrivés en milieu d’après midi dans le village qui borde le port et la rivière. Après quelques demandes de logement, nous avons constaté que l’office du tourisme et le Lonely Planet avaient à revoir leurs conseils. En effet, les possibilités de logement sont absolument inexistantes ! De là, nous avions peu de possibilités : refaire les 20 bornes à pied mais ca monte pendant … 20 bornes, refaire du stop, dormir dans la rue ou alors prendre le seul et unique tuk-tuk du patelin. En position de force, le gars va demander une vraie fortune locale ! Nous en étions à négocier avec le monopole local du transport quand une touriste Suisse à choisit de se crasher en scooter juste à côté de nous. Ne maitrisant pas son scooter, elle a passé le parapet du village et s’est écrasée 5 m plus bas au bord de la rivière. Sa bonne étoile était visiblement en plein forme car elle est tombée sur un tas de sable entre deux pieux de bambous ! De plus, parmi les quelques rares occidentaux présents il y a avait un médecin et une infirmière pour soigner, heureusement pour elle, une seule petite entorse à la cheville ! Nous nous sommes organisé pour remonter son scooter et l’avons prise avec nous dans le tuk-tuk. L’affreux chauffeur lui a fait payer sa place.

Phongsaly encore sous la pluie

Phongsaly encore sous la pluie

Retour à a case départ pour nous.

Nous pensions retenter dès le lendemain la descente en bateau mais nous avons du patienter deux jours avant que la pluie ne cesse. Une pluie digne de la mousson nous ont dit les gens du village !

Un allemand rencontré le jour du crash de la Suissesse nous a prévenu que les rapides étaient certainement agitées après 36 heures de pluie. (Il trimballait un canot de rafting sur le dos pour l’utiliser comme moyen de transport jusque Luang Prabang. Un vieux routard qui a du visiter les ¾ du globe en 50 ans de voyage. Il nous a proposé de l’accompagner en bus à 100 km de là pour emprunter une portion plus calme de la rivière, on l’a suivi !

Il nous a eu l’air crédible le bonhomme alors on a suivi ses conseils.)

Publié par Jess & Raph

FacebookTwitterGoogle+Partager

Une réflexion au sujet de « Phongasaly – Extrême nord du Laos »

  1. Lequel de vous 2 le plus « fou » amoureux pour suivre l’autre ds ces galères…ou lequel des 2 a le plus d’arguments pour convaincre l’autre???

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>