Nord du Vietnam

Hanoi : Nous sommes allés chercher nos parents à l’aéroport de noc Bai. Nous les attendions hâtivement comme deux gamins avec des affichettes… Catherine, Jean et Marianne sont arrivés à 10 heures du matin à l’aéroport. Afin de les aider à tamponner efficacement le décalage horaire nous sommes restés quatre jours à Hanoï. Préoccupation principale, ne pas céder au sommeil, et pour cela rien de mieux que des rues animées !

Hanoï

Hanoï

Nous avons occupé la première journée à flâner dans les rues animées du vieux centre ville, autour de l’hotel. Une découverte qui se voulait douce mais pour des gens qui arrivent de métropole, une sensation de chaleur (par un temps brumeux et pluvieux) dans une ville remuante, odorante, malodorante parfois, bruyante par les klaxons des véhicules, par les gens qui parlent une autre langue sur un niveau sonore plus élevé. Une découverte !

Traverser...

Traverser…

 

Pour vous décrire Hanoï, quelques différences qui peuvent être vite désagréables pour certains : la circulation est dantesque, chacun essaye de se frayer un chemin, en klaxonnant à tue tête … Le piéton n’aucune priorité (Nous apprendrons plus tard que le camion à la priorité sur les bus , qui ont priorité sur les pick up, qui ont priorité sur les voitures, qui ont priorité sur les motos, qui ont priorité sur les vélos, qui ont priorité sur les piétons. Et la chaine se termine !
Pour vous illustrer ça : imaginez un énorme carrefour, vous souhaitez aller de l’autre côté de la route. Si vous attendez au feu rouge vous prenez le risque de sécher sur place. Vous n‘avez donc pas le choix, il faut se lancer. Et là une seule règle, ne pas s’arrêter, marcher sur un rythme régulier. Vous n’éviterez pas les centaines de scoots ce sont eux qui le feront. Les premières fois c’est carrément flippant, ensuite on s’habitue.

Nous avons donc passé quatre jours à se promener dans la capitale avant de prendre le train pour Sapa. La gare est en plein centre, les rails se fraient  un chemin dans les quartiers de  la ville. On passe entre les maisons, et la proximité immédiate fait qu’on peut y voir le quotidien de chacun.

Train & Ville

Train & Ville

 

Sapa :  l’étape montagne du séjour. La ville nous a semblé magnifique, nous disons « semblé » car la météo n’était pas au beau fixe !
Sapa est une station d’altitude qui permet aux locaux de prendre le frais et aux touristes de voir les différentes ethnies, de faire un trek et d’admirer les rizières en terrasses lorsque la saison y est favorable. Initialement Raph et Jean s’y rendaient pour gravir le Mont Fansipan, le point culminant de l’Indochine. Les filles, en profitaient pour voir le fameux marché du samedi et faire leurs emplettes.
Un léger dérangement intestinal de l’un des membres de la cordée laissera tout le monde en bas. Au programme trois jours d’emplettes !

Sapa

Sapa

Le marché bat son plein chaque samedi, les minorités descendent des  montagnes se réapprovisionner et vendre des produits artisanaux, parmi eux beaucoup de tissus brodés.

Marché de Sapa

Marché de Sapa

 

Après la montagne, Nous avons regagné Hanoï par le train de nuit et avons choisi de confier la suite de notre séjour familial à une agence.

La baie d’Halong. Nous y avons passé deux jours, dont une nuit à bord. Se réveiller avec un panorama sur la mer entrecoupée de roches, fabuleux ! Le trajet emprunté par cette agence ( http://www.ethnictravel.com.vn/) est éloigné des routes touristiques majeures. Nous avons certes croisé quelques bateaux mais bien moins que nous le redoutions. Une seule chose à dire, c’est magnifique !
Le temps est resté couvert mais cela fait flotter une ambiance particulière.

Halong Bay

Halong Bay

Nous avons quitté le bateau à plusieurs reprises pour aller faire du  kayak à proximité des roches, de la barque pour visiter un village flottant. Des moments exceptionnels en famille ; le cadre dans lequel on évolue est magnifique. La végétation est luxuriante, les singes et les oiseaux nous accueillent de leurs cris et la vie d’un village flottant à quelque chose de surréaliste.

Kayak en mer

Kayak en mer

 

Nous avons ensuite continué notre découverte du golf du Tonkin par La baie de Bai Tu Long, beaucoup moins fréquentée. Le bateau nous a laissé sur une ile et nous avons rejoint la maison d’un ancien pécheur à vélo. L’ancien pécheur a rangé ses filets depuis bien longtemps, l’accueil des touristes est plus lucratif. Nous y avons appris à cuisiner les nems. Miam miam !

Bay Tu Long

Bay Tu Long

La légende veut que les deux baies soient liées…

 

Pour protéger le pays d’envahisseurs, les dieux envoyèrent une maman dragon et ses enfants protéger le pays. Les dragons ont bloqué la flotte des envahisseurs et sont restés ensuite pour protéger le pays. La maman s’est cachée dans la baie d’Halong et ses enfants dans la baie de Bai Tu Long.

Après ces trois jours en mer, notre guide nous a conduits  à Ninh Binh, la baie d’Halong terrestre, pour découvrir un paysage quasi similaire mais sur terre.

Ninh Binh

Ninh Binh

La journée a été dense et nous a permit de bien nous imprégner. Une matinée à serpenter à pied puis en barque à travers les formations karstiques et les rizières. Bucolique !

Chacun sur son bateau a eu son lot de petites aventures. Jean & Catherine ont eu droit à un grand étalage d’art local, broderie et souvenir en tout genre. Massage gratuit pour Catherine une fois la négociation faite. Raph et Huie (le guide) ont apprit à ramer et ce n’est pas si simple ! Jess et Marianne ont eu droit à la même présentation de l’art local mais avec moins de succès pour les vendeuses.

Ninh Binh & barques

Ninh Binh & barques

Après de tels efforts, nous avons déjeuné dans un cadre magnifique : une maison au bout d’un petit chemin et un jardin donnant sur une  rizière bordée de falaises. Et là encore nous avons goûté à l’excellente cuisine Vietnamienne (nous retiendrons la salade de fleurs de bananiers).

Pour digérer : 10km de vélo à travers les villages et les roches, puis ascension d’un temple afin d’y admirer l’étendue du paysage. Quelques coups de pédales et 462 marches plus tard nous étions en haut.

 

En hauteur

En hauteur

Après une nuit dans une très confortable « lodge » nous sommes repartit vers Mai Chau.
L’étape en mini bus a été interminable. Au bout de 7 heures de mini van (pour 4 annoncées) le guide nous a proposé une petite randonnée. Nous avons tous accepté avec joie d’aller se dégourdir les jambes et avons découvert le second sens du mot randonnée.

La ballade a débutée de façon très agréable, un joli village au fond d’une vallée verdoyante de rizières et une jolie forêt sur les hauteurs.
Le sentier a commencé à serpenter dans la montagne. Puis de « serpenter » il s’est transformé en « grimper dans la montagne ». Les appuis devenaient un peu plus difficiles et le sentier de moins en moins large. Ce bucolique petit sentier a finalement finit par devenir une escalade nécessitant de se servir des racines et des branches pour progresser.Notre guide a finit par se rendre à l’évidence : le chemin n’était plus vraiment praticable ! La redescente a été épique, de glissades en dérapages nous avons finit par regagner le petit sentier bucolique du début.
Après 7 heures de voiture, ca réveille !

Nous avons finit par retrouver notre van qui nous a conduit chez notre hôte du soir : un habitant de Mai Chau, de l’ethnie des Thaïs blancs. Nous avons été reçus dans une magnifique maison en bois et passé  la première surprise du lit local (une natte posée au sol) nous avons profité d’une excellente soirée et d’un très bon repas pour ne pas changer.

Rizières de Mai Cho

Rizières de Mai Cho

 

Le lendemain, avant de retourner à Hanoï, nous nous sommes baladés dans les rizières en terrasse au son de l’eau qui les alimente. Après deux semaines bien remplies et très agréables nous nous sommes fait des bisous sur les trottoirs d’Hanoï avant de grimper dans nos taxi respectifs

Catherine et Jean ont poursuivit leur voyage au Vietnam et ont pris un train de nuit vers Hué.
Marianne, qui ne connait pas encore les joies de la retraite, a regagné la France.
Et nous, nous avons pris un vol pour Bangkok.

Publié par Raph et Jess.

FacebookTwitterGoogle+Partager

Une réflexion au sujet de « Nord du Vietnam »

  1. Ben dis donc, on s’emmerde pas avec les parents … Finie la bière, place au Ruinart !!
    Sinon, tenez-nous au courant quand vous serez en Nouvelle Zélande, vu le décalage on arrivera à se capter sur Skype. Gros bisous à vous deux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>