L’Inde dans tous ses états par Jess

Pour ce voyage en Inde, après maintes interrogations et pour ne pas mettre Raph en difficulté, nous avons opté pour un trajet dans le Rajasthan avec un chauffeur privé. Cela rassurait Raph pour qui le pays était hostile ; une peur agrémentée de tous les fantasmes occidentaux et les scoops médiatiques !

Dernier sourire avant le choc !Sanjay, notre chauffeur nous a donc trimbalé de villes en villes, d’hôtels pour retraités en magasins commissionnés, sans oublier les restaurants pour tours organisés! Après dix mois de liberté totale, le sentiment qui nous a envahit était presque anxiogène. Afin de reprendre les rennes de nos vies et surtout de nos envies, nous avons conclu un marché avec cet indien. Son travail se résumerait à nous véhiculer entre chaque stop et c’est tout. Le choix de se loger, de se nourrir et de pisser là nous le voulions nous revenait enfin !

Tout allait bien ainsi, jusqu’à ce qu’un jour nous l’appelions pour faire une course d’une soixantaine de kilomètres, afin d’assister au Marwar Festival (concours de moustache, nouage de turbans, polo à dos de dromadaire, le tout sur un fond de  musique et de danse folklorique). Il n’acceptait qu’en échange d’un « extra ». Mince ! Nous donnions à ce gars l’équivalent d’un salaire minimum mensuel par jour avec des jours de repos ; c’était son boulot et il refusait. Nous étions hors de nous. Quel E….ré, quel tire au flanc ! Tout ça pour ne pas dépenser son essence alors qu’il en économisait les jours off. Sa combine, ses primes malhonnêtes fonctionnaient peut être avec les grisonnants mais pas avec nous. En colère parce qu’il nous avait fait manquer une après midi qui s’annonçait divertissante, parce qu’il avait fait tord à nos valeurs et parce que notre hôte Indien confirmait sa cupidité, nous avons décidé d’arrêter le voyage avec lui. Il l’a bien, puis mal pris ; a essayé de nous faire peur en nous menaçant, puis s’est excusé, a voulu nous culpabiliser et blablabli et blablabla… Voilà Sanjay ce qu’apporte l’appât du gain. Les trois cent trente trois millions de dieux que tu pries te rendent la pareille.

 

Nos voisins à JodhpurEn parlant de dieux, le troisième jour de notre arrivée, nous nous sommes rendus à Deshnox près de Bikaner, au temple Karni Mata : musophobes s’abstenir !

A l’arrivée, une foule dense de fidèles nus pieds, de marchands, de mendiants (la plupart enfant et estropié). Nous étions les seuls petits blancs dans ce capharnaüm. Après s’être péniblement frayé un chemin jusqu’à la porte d’entrée, une file était réservée aux hommes, l’autre aux femmes. Celle des hommes continuait au loin et paraissait interminable, l’autre était fluide. Les gardes nous ont permis d’aller au plus rapide ;  il faut bien qu’il y ait des avantages à être touriste ! Mais, avant de franchir la porte, surprise il fallait… se déchausser.
Le sol mi-bitumé mi-terreux était imbibé par l’averse qui venait de tomber. Des graines de nourriture animale humides et collantes se logeaient entre nos orteils. En progressant à l’intérieur de l’édifice, le sol en pierre était glissant, souillé par les défections animales qui tentaient de nous clouer au sol. Après cette entrée en matière, nous avons aperçu…
Temple des rats… Les premiers rongeurs. Nous étions  au temple des rats. Ces petits animaux étaient partout, ça grouillait. Ils étaient accrochés aux murs, aux portes et fenêtres, certains étaient morts, d’autres paraissaient malades. Les plus intrépides passaient entre les pas des visiteurs. D’après les croyances, si l’un d’entre eux trottine sur nos pieds la chance nous accompagnera. Et si nous apercevons l’un des rares albinos, notre avenir spirituel sera prometteur. Pour nous ni l’un ni l’autre (heureusement ou malheureusement, je ne sais quel terme employer). Ces rongeurs sacrés si nombreux soient-ils, se sont tenus à l’écart. Raph insiste pour que je vous dise qu’avant d’arriver à Deshnox j’ai envoyé un SMS à ma mère lui disant que ce début de voyage en Inde était fade et aseptisé. Ai-je besoin de préciser qu’une heure après ce n’était plus d’actualité ?

Jaisalmer et son fortAprès cette petite aventure, nous avons poursuivi notre route dans le Rajasthan. Jaisalmer, à l’extrême ouest du pays apaise par son calme. Le fort de la ville construit en gré couleur miel est, à l’aube et au crépuscule somptueux. De petites rues sinueuses serpentent à travers la ville menant parfois à des Havelis (ancienne maison des riches marchands sculptées et richement décorées).

A partir de cette ville, nous avons fait une excursion dans le désert via le Renuka Hôtel avec Jez et Romain (Leur blog : http://www.onzeroadagain.com/)
Au programme : connaissance avec le chamelier, ballade en dromadaire, confort et/ou inconfort en fonction de l’avancée de la journée, découverte des paysages arides et des animaux qui y vivent (rapaces et gazelles par exemple), apprentissage de la cuisine notamment des chapattis (petit pain local), regard interrogateur sur la vaisselle au sable, surprise d’un campement de fortune efficace contre les bestioles en tout genre, frissons au coucher et levé du soleil sur les dunes de sable…Le plus magique restera un réveil nocturne à contempler les étoiles filantes.

Désert du ThaarAprès cette étape dans le désert de Thar, frontalier avec le Pakistan, nous avons fait halte à Jodhpur, la citée bleue. Plus énergique que la précédente, on se perd dans son labyrinthe de ruelles bleues, recouvrant les anciennes maisons brahmanes. L’imposante citadelle de Mehrangarh surplombe la ville. Petite ville d’après les Indiens mais de 4,5 millions d’habitants tout de même !

Ensuite, nous nous sommes rendus à Udaipur. Montagnes et lacs entourent cette citée du sud du Rajasthan. Il y fait plus frais et ce n’est pas pour nous déplaire. La ville est réputée pour son artisanat ; la journée shopping fut prolifique. Après le calme (si relatif soit-il) de ce début de voyage nous nous avons fait halte à Jaipur : la citée rose. Rien de fantastique, une grosse ville sans charme à mon goût.

JaipurPour l’étape suivante, nous avions réservé un ticket de train. C’est là que l’histoire commence… Pour n’accuser personne, il y a eu un mic-mac dans les horaires et pensions que le train était à 18h30. A 16h50, le fautif (si vous n’aviez pas bien compris) jette un coup d’œil aux billets et là, oh non ! Le train est à 17h10… On remballe nos affaires, on court dans l’escalier et dans la rue, on saute dans un tuk-tuk sans prendre le temps de négocier la course, cinq minutes après, on était à la gare. On court sur les quais, avec nos têtes de paniqués le mec de la sécurité nous laisse passer sans regarder nos sacs aux rayons X. Il était 17h14 à l’horloge. A cet instant, nous pensions avoir encore une chance, mais le train était indiqué voie 1 à 17h. « Comment ça 17h ? Sur notre résa il est écrit 17h10, déjà qu’on est à la bourre… » C’est au bureau officiel que la sentence tombe…. « Monsieur (les Indiens ne s’adressent qu’aux hommes), vous venez de louper votre train de 10 minutes ». Et M…. ! On nous avait dit que les trains indiens n’étaient jamais à l‘heure : encore une légende européenne.

C’était ainsi. Désormais il fallait réfléchir aux autres possibilités:
Le taxi, c’est trop onéreux.
Un tuk-tuk jusqu’au prochain arrêt de train, c’est trop aléatoire.
Tuk Tuk

En solution non loufoque, il nous restait donc le bus.
Un chauffeur de tuk-tuk nous assure qu’il y en a de nombreux pour Agra, notre destination. Il nous emmène dans une agence pour réserver, puis à la gare routière. « Gare », vaste mot : une rue passante, des comptoirs sur le bord de la route, des hôtels entre chaque, pas un seul mot d’écrit en anglais pour se repérer, même notre tuk-tuk driver était perdu. Finalement, c’est dans ce bordel incompréhensible que nous trouverons notre bus. Il est garé dans une ruelle bondée de cartons, de sacs de marchandises en tous genres d’un côté et d’une pissotière improvisée de l’autre. C’est un « Deluxe Bus » paraît-il. Nous nous installons sur nos sièges. L’un ne s’incline plus, comme la majorité d’entre eux, l’autre tient avec un système de cordes accrochées à des barres de fer pour ne pas s’effondrer sur le voisin de derrière. Il s’avérera que ce dernier sera le plus confortable.

Deux indiens souriants ouvrent la discussion et nous apprennent que nous avons payé deux fois le prix du ticket (commission pour le tuk-tuk, le voisin, le cousin et le mécanicien). Ils sont sympas et essayent de négocier la couchette au lieu des sièges mais personne ne veut rien entendre. Le bus démarre à peu près à l’heure, il est remplit, les gens se sont entassés, nous sommes plus du double de la capacité. Il y a même des personnes sur le toit ! Raph pense devenir sourd avec les klaxons incessants de la ville et la musique du téléphone du voisin. Moi, j’essaye de me détendre pour ne pas recadrer le jeune con d’à côté qui n’arrête pas de me reluquer et qui crache dans l’allée à deux centimètre de mes pieds. Le bus est fumeur, notre voisin s’allume clope sur clope. Il fait chaud, à la promiscuité s’ajoutent les odeurs corporelles. Pour disperser les fragrances de pieds et d’aisselles, les fenêtres ouvertes sur l’extérieur apportent un air saturé en gaz d’échappement. Il y a trois femmes à bord, je me sens constamment dévisagée par tous ces mecs dégueulasses. Si encore ils étaient en tantinet éduqué !

Nous sommes arrivés à Agra à trois heures du matin. Après quelques heures de sommeil, nous nous sommes rendus au Taj Mahal pour le lever du soleil.

Agra - Taj MahalUn peu ronchonne et mal réveillée je trouve l’édifice petit, peu différent des attractions de Disneyland, cohue comprise. Puis de plus près, il devient imposant. La masse touristique reste finalement assez fluide. Je jalouse même toutes ces nanas fraîchement douchées et apprêtées dont le parfum m’enivre. A cet instant,  je rêvais de me retrouver chez Sephora alors qu’habituellement je trouve l’endroit entêtant ! Mais, il y a un avantage à être en mode local, les moustiques ne s’approchent pas…

Après l’épisode du bus, d’une courte nuit, d’une matinée de visite et d’une après midi retrouvaille avec Jez et Romain, nous partons pour New Delhi. Le bus est à 18h30, cette fois nous prenons de la marge et partons un peu avant 17h pour rejoindre la gare à douze kilomètres de là. Comme si les galères s’enchaînaient, nous choisissons le plus mauvais conducteur de tuk-tuk. Il ne s’impose pas pour avoir la priorité, et préférera nous perdre dans les ruelles étroites du marché local, bondées à cette heure d’affluence plutôt que de faire un détour par la voie rapide. Au début c’est drôle, puis à respectivement trente puis quinze minutes du départ encore stoppés dans les embouteillages, ça l’est moins. Finalement nous arriverons à temps, la chance nous sourie de nouveau. Un bus climatisé nous attendais, chacun a un siège attribué, l’eau est même offerte. Quel confort !

Delhi (5) (Copier)

Nous serons accueilli à la capitale, dans la maison de Vikram, reçus comme des rois pour savourer un excellent dîner.
A Delhi, nos découvrirons l’ayurveda (médicine locale à base de plante) et assisterons à une séance de ciné Bollywodien. Sensationnel ! Pas besoin de parler Hindi pour la compréhension, gentils et méchants sont clairement identifiés, bastons animées, musiques et danses : un film massala !

P1080063 (Copier)En novembre il y a le Dewali. Une fête importante équivalente à la fête des lumières. Le début est marqué par l’absence de lune (3/11/2013), la fin par la pleine lune (17 /11/2013). Pour cette fête nous nous sommes rendus à Varanasi. Trois nuits de feux d’artifice et de pétards dans les rues, ca m’a rappelé le nouvel an chinois.

Varanasi est sacrée. Une ville de cœur pour les indiens ; une ville unique, semblable à aucune autre  pour ce qui est de mes impressions. Une rue, une odeur. Les déchets ornent les ruelles, s’amoncellent ici et là, puis sont brûlés sous les fenêtres des habitants tout comme les corps le long du Gange. La ville est une déchetterie à ciel ouvert mais la proximité du fleuve lui procure un aspect presque serein. Les gens se lavent, font leurs lessives, leurs ablutions, les buffles viennent s’y rafraîchir, les enfants s’amusent sur les berges et les plus âgés viennent papoter tandis que d’autres prennent discrètement en photo les touristes. Ces derniers, curieux, se mêlent à la vie locale pour être confrontés aux coutumes, notamment aux crémations et aux Aanti (cérémonies au bord du Gange). Les voir en reportage est un fait, les voir en réalité en est un autre.

Varanasi (111) (Copier)Pour résumer notre séjour en Inde, je dirai que ce pays ne ressemble à aucun autre, rien n’y est familier. Le quotidien peut sembler violent. Quand je parle de violence, cela n’est pas synonyme de mal mais plutôt d’inconfort.

Je fais référence aux bruits incessants des klaxons et des marchands ambulants qui crient pour se faire entendre. Je pense à la promiscuité, aux bousculades et aux coups de coudes pour se faire une place. Je m’interroge sur les castes, la condition de la femme considérée comme une mule, les vaches dont la vie est plus sacrée. Je me mets des œillères pour ne pas être happée par la misère environnante, par ces enfants en souillon qui vous tiennent la main et vous supplient pour quelques roupies. Je me retiens de respirer car certaines rues donnent des hauts le cœur. Mon appétit diminue à la vue des vaches mâchant du plastique, des chiens galeux léchant le sol encrassé de merde…

Ruelle de Varanasi A cette vie sombrement peu commune, se mêle à la fois de la couleur. Les plats aux curry sont savoureusement épicés ; les sucreries gorgées de miel, de lait concentré et de noix sont un régal ; les Lassis sont rafraîchissants et nourrissants. Les femmes sont belles à voir, apprêtées de bijoux  dans leurs saris colorés. Les palais des anciens Maharadjas sont féeriques, la musique et les danses traditionnelles envoûtantes.

JodhpurL’Inde est un pays déroutant, qui exaspère puis qu’on aime. Un bordel ambiant incohérent pour un occidental bien rangé dans lequel il faut se laisser porter. Il faut lâcher prise, suivre le mouvement, surtout ne pas résister. Et, quand enfin on se laisse aller, cette usine pompeuse d’énergie vous permet de la voir autrement, d’y prendre du plaisir. Allez-y ! Mettez votre cerveau sur pause, réapprenez les codes de conduites et laissez vos bonnes manières au guichet de l’aéroport.

Publié par Jess.

FacebookTwitterGoogle+Partager

2 réflexions au sujet de « L’Inde dans tous ses états par Jess »

  1. Ben finalement vous n’avez pas eu un avis si différent je trouve. Il était certain que l’Inde serait un choc, surtout avec votre programme à l’opposé de ce que certains guides préconisent : éviter les villes !
    Mais malgré tout cela restera un moment marquant de votre voyage et Raph tu le dis très bien, on ne voyage pas que pour kiffer et confirmer nos attentes d’européens, mais aussi pour se confronter à la réalité du monde, le filtre drama-infos en moins.
    En tous cas, nous comptons les jours qui nous séparent, plus que 5 !!!!!

  2. Waouh ! J’ai été happée par vos deux récits (assise à mon bureau au travail !! faut qu’je bosse !!). Comme d’habitude, je voyage grâce à vous. Ca va me manquer … grosses bises, profitez bien des derniers moments. Didi & co

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>