Ile du sud, suite et fin

Après les fjords brumeux, nous avons pris la route de Queenstown : la station de ski branchée des Alpes du sud. C’est une petite ville agréable où les rues abondent de magasins de sport et d’agences proposant des activités en plein air. Le temps nuageux ne nous a pas permis de rester assez longtemps pour en profiter. Après une journée à flâner, nous avons pris la route vers Wanaka et son lac.

Lac MathesonMais, avant de partir il nous fallait tester « Fergburger » : une institution… Tout le monde en parle et tout le monde y va ! L’endroit est plein à craquer, les burgers le sont aussi ! Raph a classé son « Mr Big » au top des burgers jamais mangés dans le monde, et moi je suis restée allongée toute l’après midi et je n’ai plus rien mangé pendant deux jours ! (Marine et Cédric, vous nous aviez prévenu,  ils sont énormes et succulents).

Fergburger

Fergburger

Ensuite, nous avons filé vers la côte ouest. Alpes du sud, forêts humides, lacs et océan bordent la route qui mène à Westport. De quoi faire quelques arrêts en chemin.

Fox glacier & Franz Josef glacier sont facilement accessibles par des sentiers gérés par le D.O.C. Si les chemins ne sont pas de la haute montagne, les risques n’en sont pas moins présents.

Fox Glacier

Fox Glacier

Même si tous deux avions déjà approché des près des glaciers, l’effet procuré par la vue des deux jumeaux reste grandiose. Cette sensation est accentuée par leur proximité avec l’océan. En effet, ces géants formés de neiges éternelles forment chacun une rivière qui se jette directement dans la mer de Tasman à moins de vingt kilomètres de là.

Nous avons pu apprécier ces jolis paysages de plus haut, version panorama à 360° par un saut en parachute. Carrément génial, l’extase ! Des souvenirs plein la tête : un vol de vingt minutes survolant les glaciers menant à 5.400 mètres d’altitude, une chute libre de 65 secondes, une stabilisation en parachute permettant d’apprécier des paysages si diversifiés, un atterrissage en douceur après avoir eu quelques instants les commandes en main. Vous imaginez bien que toutes ces émotions nous ont donné  le sourire pour la journée entière.

Skydive - Fox Glacier

Skydive – Fox Glacier

Après ces moments forts en émotions, nous nous sommes rendus à Okarito. Une recommandation du Lonely Planet qui vaut le détour. Le lagon d’Okarito est la plus grande zone humide vierge de Nouvelle Zélande. Pour l’explorer, nous avons choisi une ballade d’un peu plus de trois heures, grimpant d’abord dans une forêt peuplée de nombreux oiseaux aux chants mélodieusement dépaysant,  puis au retour longeant les falaises d’un côté, l’océan de l’autre. La peur de se prendre une pierre de Raphaël au retour et le bon pas qui m’entraine quand j’ai besoin de me dépenser nous ont faire la ballade en deux heures, pause photo comprise.

Okarito

Okarito

Nous avons ensuite longé l’océan par l’unique route côtière jusqu’au Cap Foulwind. En chemin, un arrêt aux fameux Punakaiki ou Panecakes Rocks, dix minutes de ballade pour aller voir des formations géologiques atypiques.

Pancakes Rocks

Pancakes Rocks

Le cap Foulwind abrite une colonie d’otaries. De quoi gagatiser encore avec ces animaux marins. Nous sommes venu à cet endroit  pour le vent et les énormes vagues que nous avait conté André, malheureusement le temps est clair et calme mais on en apprécie autant l’effet.

Après une nuit près de Westport, nous nous sommes levés  très tôt pour parcourir les 358 kilomètres qui nous séparent de Kaikoura sur la côte ouest. Je ne radote pas en disant que la route est superbe. Nous passons des Bullers gorges au village fantôme de Refton anciennement célèbre pour l’orpaillage, traversons les montagnes, puis empruntons l’Alpine Pacific Road où nous rencontrons moutons et vaches à la période de la transhumance. Notre nez et les pneus du camion resteront longtemps imprégné des ces odeurs champêtres.

Route de Wesport à Kaikoura

Route de Wesport à Kaikoura

Kia Ora Kaikoura (Bonjour Kaikoura). Impossible de venir en Nouvelle Zélande sans voir les baleines. Nous attendions ce moment avec impatience. Pour exaucer ce grand rêve à tous les deux, nous avons embarqué à bord d’un catamaran de la compagnie Whale Watch pour observer des cachalots. C’est une entreprise éco responsable fondée par des Maoris pour enrayer les problèmes de chômage de la communauté dans les années 90. Les fondateurs ont hypothéqué  leur maison pour démarrer l’entreprise à bord d’un petit hors-bord gonflable. Grâce à leur succès, ils possèdent aujourd’hui une flotte et une marina.
Kaikoura est devenue une destination touristique pour observer ces grands mammifères marins. La fosse marine de la baie est la plus vaste de l’hémisphère sud. Par une convergence de différents courants elle est riche en poissons et calamars, une source alimentaire attirant ces grands cétacés.

Albatros

Albatros

A bord, nous avons dans un premier temps observé de grands oiseaux marins (Albatros, Pietra …) puis, tout au long de l’excursion l’équipe nous a tenu en haleine. Par un système de captage du son l’équipage repère le mammifère et met les gaz dans sa direction. Manqué ! L’animal s’éloigne, il faut de nouveau le localiser, c’est de nouveau la course, et là …

Wahou c’est notre premier cachalot ! Huit mètres environ de sa longueur sont observables à la surface et deux tiers sont sous l’eau. Ces animaux respirent environ dix minutes à la surface avant de plonger. Nous avons eu la chance d’en observer deux autres simultanément lors de notre excursion. C’est émouvant, il en faut peu pour que des larmes de joie coulent sur mon visage.


Simplement magique. Merci, merci, merci…

A une vingtaine de kilomètres au nord de Kaikoura se trouve Ohau Stream Walk. Nous nous arrêtons après plusieurs recommandations de locaux pour ne pas manquer les bébés otaries qui se rejoignent au pied d’une cascade pour se muscler et  se sociabiliser avant de redescendre vers l’océan s’alimenter auprès de leur mère et revenir jouer.

Ohau Falls - Bébé seals

Ohau Falls – Bébé seals

On peut les observer d’avril à octobre avant qu’ils ne partent explorer la mer en jeunes adultes.

Ohau Falls - Bébé seals

Ohau Falls – Bébé seals

Le sourire au coin des lèvres nous prenons ensuite la route pour le nord de l’île.

Cap Farewell, ou la tête du Kiwi : des collines verdoyantes pâturées par les moutons, aux falaises abruptes, en passant par des dunes de sable blanc, nous avions hésité à nous y rendre, et là encore nous ne regrettons pas les kilomètres parcourus.

Cap Farewell

Cap Farewell

Abel Tasman est le plus petit parc national de Nouvelle Zélande. Une boucle de huit heures à pied permet d’en explorer une petite partie. Le chemin traverse forets humides, plages paradisiaques au sable orangé de la Golden Bay, et clairières bucoliques. Petite anecdote : en chemin, nous nous sommes fait un animal de compagnie. En effet, un Fantail (petit oiseau de la taille d’une mésange au vol séducteur) a virevolté à deux pas de nous pendant environ deux heures.

Golden Bay

Golden Bay

Nelson, Malbourought sound et Picton : la région vaut la peine de d’y attarder. Nous n’avons fait que l’effleurer car le temps passe vite. Nous pourrions rester encore des semaines voir des mois pour visiter chaque recoin des régions mais il nous faut aussi du temps pour découvrir l’île du nord.

Malbourought sound

Malbourought sound

Publié par Jess

FacebookTwitterGoogle+Partager

2 réflexions au sujet de « Ile du sud, suite et fin »

  1. On est fier de vous pour être arrivés à bout des Fergburgers!
    Bravo aussi pour le saut en parachute, ce sera un souvenir inoubliable!
    Quand vous serez sur l’île du nord, n’oubliez pas d’aller à Bay of Islands nager avec les dauphins, et peut être que là les larmes de joie couleront pour de bon…
    On découvre plein d’endroit qu’on a pas eu le temps de visiter grâce à vous, merci! ça nous donne envie d’y retourner encore plus!
    Bizz

  2. Cool de voir que tout se passe toujours aussi bien, nous apprécions avec envie votre périple dans cette iles aux milles merveilles. Je suis content de voir que vous commencez à sérieusement gagater devant les animaux sauvages que vous croisez, et comprenons l’émotion qui vous envie peut-être mieux que personne … Les cétacés nous ont également beaucoup touchés à chaque fois que nous avons eu la chance de croiser leurs routes.
    Et que dire du saut en parachute ! Waouh, vous profitez à fond c’est génial ! Pleins de bisous, à bientôt pour les prochains épisodes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>